#ONG – 365 jours d’action humanitaire sur Twitter

Dans un précédent article, nous décrivions les principaux usages de Twitter par les ONG : la communication, la coordination, les levées de fonds… Pour illustrer ce propos, et vérifier sa validité 3 ans après l’écriture de cet article, nous avons collecté les tweets postés par 70 ONG françaises recensées sur le site Portail-Humanitaire.orgLes résultats présentés par la suite se concentrent sur la période du 30 août 2014 au 30 août 2015, sur la base d’un échantillon de 48.384 tweets, postés par 61 ONG.

Quelle sont les ONG les plus actives sur Twitter ?

La plupart des ONG témoignent d’un fort degré d’activité sur Twitter. Nous cartographions celle-ci en fonction de deux indicateurs prenant des valeurs comprises entre 0 et 1 :

  • l’impact des publications : relatif au volume d’interactions (RT et favoris) obtenus par les publications
  • la réputation du compte Twitter : un ratio abonnés / abonnements indiquant si l’ONG attire « naturellement » de nouveaux followers

Le produit de ces indicateurs nous donne un score de performance du compte. Pour la cartographie ci-dessous, nous avons ajouté la date de création du compte Twitter, pour montrer que les ONG ayant créé leur compte de manière précoce (2007-2010) obtiennent les meilleurs scores.

Les ONG ayant une réputation et un impact supérieur à 0,5 peuvent être considérées comme « influentes » sur le réseau car elles attirent de nouveaux followers de manière organique et leurs publications sont régulièrement reprises. La majeure partie des ONG font figure d’autorités Twitter, en se regroupant dans cette zone ; ce graphe ressemble à celui présenté dans notre étude sur les députés. Les ONG obtenant les meilleurs scores sont, sans surprises, celles qui ont professionnalisé la gestion de leurs communautés en ligne :  WWF France, Amnesty France, Greenpeace France, Fondation Abbé Pierre, Unicef France, La Croix Rouge Française ou Reporters sans frontières.

365 jours d’activisme : quels sont les sujets abordés par ces ONG ?

En analysant les hashtags mentionnés par ces 61 ONG, nous pouvons illustrer la fonction de coordination jouée par Twitter. Les hashtags sont utilisés comme des marqueurs : les ONG segmentent leurs discours par territoire (un grand nombre de pays / continents mentionnés), par sujets (#réfugiés, #ebola, #climat…) et par modes d’action (#urgence, #solidarité…). Ainsi, nous pouvons dresser une première carte de leurs territoires d’action. S’éclairent les zones de conflits, telles que la Syrie, l’Irak, le Mali, l’Ukraine ; les pays récemment touchés par des catastrophes naturelles de grande envergure (Népal, Philippines, …) et des pays au cœur de l’actualité humanitaire et politique (#Cop20 au Pérou, les attentats de Charlie Hebdo et diverses conférences en France).

Les tweets les plus médiatisés

De nombreux événements ont ponctué l’actualité humanitaire et sociale. Les internautes ont été nombreux à repartager les contenus postés par les ONG, comme en témoigne la courbe ci-dessous. Nous identifions aisément les pics d’interactions liés aux attentats du 7 janvier ainsi qu’à différentes campagnes de communication.

Les contenus postés par ces ONG sont particulièrement ancrés dans l’actualité, ce qui nécessitent pour leurs cellules de communication d’être très réactives. Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, Reporters Sans Frontières publiera ce tweet (à deux reprises) et totalisera le plus grand nombre de RT au cours de ces 365 derniers jours.

 

Au mois de juillet, le tweet de Médecins du Monde relayant sa campagne de sensibilisation à la vaccination sera partagé plus de 3700 fois.

 

La campagne du Secours Populaire pour célébrer ses 70 ans a dérapé avec le tweet ci-dessous, qui obtient plus de 1700 RT. Les internautes ont commenté très négativement cette prise de parole de l’ONG.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les internautes se sont montrés réceptifs aux situations de crises, notamment lors des séismes qui ont dévasté certaines régions du Népal. La Croix Rouge a utilisé Twitter comme relais de sa campagne de dons et a obtenu plus de 1500 RT à son appel.

 

L’ironie de la Croix Rouge se sera heurtée à l’incompréhension des internautes découvrant le tweet ci-dessous. Ces derniers ont répondu par de nombreux commentaires négatifs obligeant le community manager de la Croix Rouge à les rediriger vers le site officiel de l’ONG pour obtenir une explication détaillée de cette campagne à propos du maintien à domicile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels sujets ont retenu l’attention de leurs followers ?

Le graphe ci-dessus illustre les sujets pour lesquels les abonnés de ces 61 ONG ont été les plus réceptifs. Autrement dit, les sujets qui ont reçu le plus d’interactions. Plus la bulle est bleue, plus les ONG ont été nombreuses à prendre parole sur ce sujet. Ainsi, nous distinguons trois types de sujets :

  • des actions localisées, telles que des campagnes de communication. Ces sujets se caractérisent par un faible nombre d’ONG impliquées, un faible nombre de tweets consacrés au sujet mais de très nombreuses interactions en retour. La campagne Make a Child Cry fut la plus efficace : 4 ONG ont publié 8 tweets qui ont engendré un total de 5715 interactions. Amnesty France s’est illustré en janvier 2015 en relayant le procès et les condamnations de Raif Badawi, blogueur saoudien condamné à 1000 coups de fouets. Les tweets de l’ONG concernant ce sujet ont été retweetés 8524 fois (sur un total de 11.311 interactions pour 3 ONG impliquées). Aussi, les campagnes de communication de WWF France ont été particulièrement reprises (Earth Hour – 9187 interactions ; Living Planet Report – 3016 int. ; SOS Reef – 3012 int.).
  • les sujets coeurs des organisations qui concernent les territoires sur lesquels elles sont implantées : les ONG tweetent fréquemment à leur propos, mais elles n’obtiennent pas toujours beaucoup d’interactions en retour. Par exemple, 29 ONG ont pris la parole à 364 reprises à propos d’Haïti et des Philippines mais n’ont obtenu que 1528 interactions.
  • l’actualité humanitaire ou les crises / situations d’urgence. Les ONG se mobilisent puis effectuent un suivi de leurs actions au cours de mois ou des années qui suivent.  Ces sujets se caractérisent par un grand nombre d’ONG impliquées, un nombre de prise de paroles plutôt important, et un grand nombre d’interactions en retour mais qui reste proportionnellement faible. Par exemple, en une année, Ebola a mobilisé 26 ONG, qui ont publié 1020 tweets pour 10.464 interactions, soit une moyenne d’une dizaine d’interactions par tweet. Les séismes au Népal ont été évoqués par 29 ONG, et leurs tweets ont engendré 19.264 interactions (14 int. / tweet). Le conflit syrien et les migrations se situent sur la même échelle.

Les attentats de Charlie Hebdo sont à classer à part, car il s’agit d’une prise de parole que l’on pourrait qualifier de « réaction épidermique ». 137 tweets ont généré un pic de 14.133 interactions, en seulement 2 jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *